Allons bat’carré : Piton des Neiges – Partie 1

Voilà, c’est le grand jour. Le jour où nous allons monter plus haut que nous avons jamais monté. Le but de la journée : arriver vers 16h00/17h00 à la caverne Dufour qui culmine à 2 479m d’altitude (200m environ plus bas que le sommet du Piton de la Fournaise). Autant dire qu’on va passer une nuit dans les nuages.

C’est donc de bonne heure (mais pas trop quand même) que l’on part de la maison avec les sacs à dos pleins à craquer : vêtements de rechange, nécessaire de toilette mini format, un drap pour la couche des dortoirs, pull, coupe-vent…

Sur la route qui mène à Cilaos, nous sommes bloqués au tampon où la circulation est dense et où il y a des travaix qui nous ralentissent. Nous avons prévu de prendre un bus qui nous mène de Cilaos au départ de la rando à 10h50. Tendu mais faisable. Quand nous tombons sur un bus qui peine dans les virages très serrés des routes de Cilaos et que, bien évidement, tout dépassement est proscrit, nous savons très bien que c’est loupé pour le bus de 10h50.

Arrivés à Cilaos, nous prenons de suite le repas à emporter que l’on mangera plus tard et nous nous dirigeons vers l’office du tourisme afin de savoir s’il n’y a pas un autre moyen d’aller au point de rendez-vous : soit y aller à pied (1h00 de marche en plus) soit on attends 3/4 d’heure et on attrape le prochain bus. La solution est choisie. Pendant ce temps, nous flânons dans les rues de Cilaos et nous nous renseignons sur des achats à faire le lendemain à notre retour.


JPEG

Le départ de la randonnée se fait au Bloc à 1 380 m d’altitude. Il est à quelques minutes en bus de Cilaos. Nous attendons donc le bus plus d’une heure et demie puisque l’on a manqué celui de 10h50. Nous débutons donc la rando à 13h00 après avoir mangé une partie de notre sandwich achard poulet.

Bon comme prévu, la montée n’est pas si facile mais offre des points de vues à couper le souffle. Je laisse les photos parler d’elles-même.








La montée aurait du nous prendre 3h00, on en a pris près de 4h00. Plus on monte, plus le sentier est escarpé et raide.

Imaginez donc notre – mon – bonheur quand on – je – vois la caverne Dufour au loin. Nous arrivons au gîte vers 17h00.

Sur place, on réserve le repas pour le soir et on se permet un petit réconfort : un thé et une Dodo s’il vous plaît.

Nous nous installons dans le dortoir et nous changeons afin d’aller apprécier le coucher du soleil. Mais, dehors, la température est plutôt fraîche voire froide. Mais la vue est magnifique.

Vers 19h00, le traditionnel Rougail saucisse avec riz et grain est servi. On a aussi droit à un rhum arrangé Litchi. On discute avec nos voisins sur les grandes tablée. une soirée sympa et conviviale avant d’aller se coucher, à 20h00, pour un réveil aux aurores le lendemain. A demain les p’tits loups !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *