Pars Avec Lui d’Agnès Ledig

Genre : Roman
Edition : Pocket
Année de publication : 04/2016
Année de lecture :Juillet-Août 2016
Auteur : Agnès Ledig
Nombre de pages : 352

Résumé

Ils s’appellent Roméo et Juliette. Comme s’ils étaient prédestinés. Mais c’est à eux d’écrire leur histoire, en dépit des accrocs, des cahots et des heurts.
Lui est pompier, un héros du quotidien, solide comme un roc. Mais pas assez pour résister à une chute de huit étages, heureusement amortie par des arbres.
Elle est infirmière. De celles pour qui leur travail va bien plus loin que soigner les corps. Attentive, attentionnée, elle donne aux autres sans compter ce que son propre compagnon, Laurent, lui refuse.
Ces deux êtres cabossés par la vie vont se tendre la main. Et apprendre qu’envers et contre tout être heureux ce n’est pas regarder d’où l’on vient, mais où l’on va.

Avis

Une fois mis le nez dedans, j’ai eu du mal à en sortir : des phrases courtes, des chapitres cours, l’envie de savoir la suite. Les personnages sont entiers quoiqu’un peu clichés mais tout est bien écrit et bien – trop – détaillé. Les protagonistes sont des personnes normales avec des soucis la vie qui vont avec. Il y a des personnes adorables comme les pures crapules comme on peut les croiser dans nos vies de tous les jours. J’ai aussi aimé le clin d’œil de l’auteur pour la lutte des femmes (et hommes) battus. 

C’est mon premier roman d’Agnès Ledig mais je pense que je vais faire une pause et entrecouper avec des romans plus légers (comme j’ai l’habitude d’en lire). Oui, quand je lis, je suis tellement dedans que l’humeur des protagonistes déteint sur moi. Là, je dois vous avouer que je suis dévastée. Je vais avoir de « tout beau, tout rose, avec des licornes ». Que me conseillez-vous ?

Note : 07/10

Citations :

Etre heureux, c’est regarder où l’on va, et non d’où l’on vient.

l y a des hommes lourds qui pensent être couillus comme des taureaux de concours, qui écrasent de leur virilité malsaine les femmes trop fragiles, et il y a des hommes élégants et délicats qui les considèrent et les respectent dans leur fragilité.

L’amour sans respect n’est pas l’amour. En prendre conscience et le fuir ne constitue ni un échec, ni même une défaite, mais une grande très grande victoire.

 

Agnès ledig
pars avec lui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *