17 mai 2014

Souvenirs d’enfance

Quel effet cela vous ferait de voir sa maison d’enfance vide et vendue ?

Pour ma part, je pense que ça explique mon stress du moment. Oui, ma petite maison dans la prairie comme j’aime l’appeler, se vide petit à petit en vue de la vente. Située à Louvergny, (très) petite bourgade des Ardennes, la maison construite des mains de mon père nous a vues grandir. Et, en y repensant, je peux dire que c’était mon petit paradis.

Quand j’y étais, surtout à l’adolescence, je n’avais qu’une envie : partir. Pas à cause de la maison ni de mes parents, mais à cause de ce village vide. Mais la vie à la ville m’ayant rattrapée, j’étais contente de revenir dans ce petit village où la nature reprends ses droits et où les seuls bruits que l’on entend sont les chants des merles en haut des grands sapins.

Dans ce temps (je parle comme une vieille), chaque saison avait ses particularités.

Printemps

Bonjour les journées rallongées. Fini les journées où le soleil se couche à 17h00. J’avais hâte d’aller me coucher, lorsqu’il y avait école, et de voir le soleil encore percer à travers les volets.

Le matin, dès le premier mai, adieu manteaux et écharpes, bonjour petits gilet faits maison pour aller rejoindre le bus de ramassage scolaire de l’autre côté du village. J’aimais traîner sur la route et jouer avec les balsamines dont les fleurs éclatent chez une voisine.

On en a vu passer des lapins dans la petite maison. Plusieurs bébés lapins ont eu l’immense privilège de venir glisser sur les carreaux de carrelage du salon avant de retourner auprès de leur maman dans les clapiers de la cour.

Chut, les vaches du voisin passent pour aller brouter au champs. Pas un bruit, sinon, il va falloir nettoyer la route. On regarde ces demoiselles blanches et noires passer avec à leur tête, la meneuse et sa cloche.

Été

20140518-001053.jpg

Je me souviens des longs étés où, pour passer le temps, on allait faire de longues balades à vélo dans les forêts et quand ce n’était pas possible, on faisait avec mes sœurs de code de la route où le rond-point était le parterre d’œillet d’inde de ma mère.

Des fruits rouges par milliers : fraises, groseilles, cerises, cassis, framboises et mûres. Une de cueillie, trois dans la bouche et des centaines de pots de confiture.

Parlons petites bêtes ! Les fourmis volantes qui envahissent ma chambre et les aoûtas qui me piquent dès que je me roule dans l’herbe séchée par le soleil. Maintenant que j’y pense … non, c’était vraiment des sales bêtes.

Dans la soirée, il arrivait qu’on aille se balader dans la nuit avec Tata Liline rigolait si fort quand Papa est tombé dans le talus remplit de crapauds. Et puis, combien de temps on est resté dehors à regarder les étoiles filantes ?

Les premières pluies du 15 août donnaient à l’air une odeur de poussière et à nos bras un soulagement pour ne plus aller arroser le jardin.

Automne

20140518-000842.jpg

Le temps des tartes à la quetsche, les préférés de papa. Tous les weekends, c’était tarte aux quetsches. Faire une pâte à tarte maison n’a plus de secrets pour moi. Et encore, je ne parle pas des pommes.

Les récoltes de petits pois à ouvrir et les haricots à d’équeuter devant les épisodes d’Urgence, ça n’a pas de prix. Tout ça pour préparer l’hiver. La sauce tomate maison pour manger de bonnes pizzas en hiver, ça aussi je connais.

Les pluies d’automne s’abattent sur le petit village et sur le toit en plexi de la véranda mais cela ne me gêne pas, au contraire, une telle berceuse pour dormir, que demander de mieux dans ma petite chambre ?

C’est aussi le temps des longes balades dominicales dans les champs en passant sur un vieux troncs d’arbre qui fait office de pont au-dessus de la petite rivière et des pantalons déchirés à cause des barbelés pour aller chercher les champignons frais qui seront ensuite jetés dans une omelettes avec les œufs du poulailler. Dégustation devant Ca Cartoon de Canal avec les cheveux mouilles et les robes de nuit. Un plaisir sans nom.

HIVER

20140518-000736.jpg

En hiver, les plaines où seuls les oiseaux avaient déjà foulé la neige fraîche étaient le terrain parfait pour faire de la luge ou construire des igloos avec de vieux bacs de peinture. Nombre de bonhommes des neiges y ont laissé leur nez orange.

Se réchauffer devant un feu de cheminé en rentrant d’une après-midi dans la neige et sentir ses doigts de pieds et de mains qui brûlent tellement la différence de température est importante.

La neige, réel bonheur, quand on ne pouvait pas aller à l’école et rester toute la journée à la maison avec maman qui devait nous supporter tant bien que mal. Aller à l’école en tracteur, ça n’a pas de prix …

Les Noëls avec Tata Liline, tonton Maxime et les cousines où on se faisait souvent les mêmes cadeaux et où l’on était habillées pareil, sans faire exprès et, à minuit, le courant qui se coupe et lorsqu’il revient, les cadeaux au pied du sapin. Chouette mon premier VTT de grande ! Merci le papa Noel !

J’ai sûrement oublié des choses (comme le poulailler et les pintades – volailles les plus bête de l’univers !) mais, je remercie vivement mes parents de nous avoir élevé dans ce havre de paix ! Quand on arrive en région parisienne, on passe un peu pour des campagnardes auprès des gens de la ville mais au moins, on sait faire la différence entre une courgette et une aubergine, un bon champignon et un mauvais, entre ce qui vole ou pas !

Trêve de plaisanterie, on était bien dans ma petite maison dans la prairie. Et, je sais que je suis en avance mais, merci Papa et Maman et bonne fête à vous. <3

2 thoughts on “Souvenirs d’enfance”

  1. Merci pour tous ces beaux souvenirs partagés, on ressent le plaisir au travers des mots. L’événement est certainement loin d’être réjouissant mais toutes ces belles histoires de jeunesse sont impérissables… n’est ce pas le plus important? 🙂

    1. Exactement, tu as raison. Ne pas s’attacher au matériel et garder ces souvenirs, c’est une bonne marche à suivre 🙂 bon courage à toi pour la reprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.