14 mars 2012

Un bol d’air frais

Un bol d’air frais

Nous commençons cette journée avec un ciel gris. La pluie tombe encore et j’avoue avoir un peu peur pour la suite. Enfin bon, rien ne nous empêche de découvrir la région. La pluie s’est transformée en neige avec gros flocon et on en profite pour appeler à Louvergny pour parler au parents. On apprend que JP est en train de planter de l’ail et les oignons. Il est 14h00 en France.

Il est donc près de 10h00 heure locale quand nous avons fini de nous préparer. Après un petit-déj (le déjeuner ici) constitué de tartines et de jus, nous décidons d’aller faire un peu de courses pour les jours à venir.

Jean nous a encoré été d’une grande aide. Il nous a indiqué les bons endroits pour trouver des produits frais de qualité. Nous nous sommes donc rendu à Mont-Tremblant Centre-ville anciennement Saint Jovite.

Petite parenthèse sur Mont-Tremblant. Dans un ancien article, nous vous avions dit que le Mont-Tremblant tendait à devenir une station comme Aspen aux USA ou Tignes en France connues pour avoir un domaine skiable assez importants. En fait, en y étant, on se rend bien compte que la région (les Laurentides) veut faire une zone appelée Mont-Tremblant. Cette zone serait au final une réunion de ville qui regrouperait les petits villages autour de la montagne en question dont Saint-Jovite, Mont-Tremblant commune et Lac Tremblant Nord. C’est, je pense, pour ça qu’il est un peu difficile pour se repérer dans cette « ville » parce que quasiment tous les panneaux indique la direction de « Mont-Tremblant »

Revenons donc à nos moutons. Nous voilà donc à Saint Jovite le long de la 117 nord dans un magasin appelé IGA (Independent Grocers Alliance) qui est tout simplement la plus grande chaîne de supermarchés franchisés au monde dont le slogan est « Vive la bouffe ». C’est donc une grande surface assez connue dans le coin comme Wal-mart aux USA ou Leclerc en France même si je trouve les prix assez élevés. Peut-être est-ce la faute aux taxes (TVS/TVQ) ajouté sur les achats ?

Nous trouvons des tonnes et des tonnes d’articles dans ce magasin. On se rend donc compte que les supermarchés Canadiens ressemblent beaucoup à leur confrères Américains. C’est des produits du type « tout-est-prêt-y-a-plus-qu-a-réchauffer ». Du coup, dans le magasin, on y trouve à la fois les produits de base et le produit déjà cuisiné d’où opulence de produits dans le magasin. Pour vous dire, j’ai même vu de la polenta déjà toute prête (en même temps les soupes de légumes française, ça revient au même.

Nous sortons donc du magasin avec nos légumes, viandes et yaourt ainsi qu’une petite casserole de pop-corn (retenez la bien celle là 🙂 ) puis nous nous rendons dans le Mont-Tremblant Centre Ville pour aller y chercher à manger pour le midi. Jean nous a dit, qu’en face de Métro, (un autre magasin type IGA) il y avait une super bonne boulangerie. Je pense que Jean a oublié que l’on était de France et qu’on avait LE Bruno à côté de chez nous et qu’il fait du super bon pain. Trève de plaisanterie, la petite boulangerie est très très surprenante. Nous sommes aussi passé prendre du petit bois pour notre cheminée.

<img252|center>

En rentrant à la maison, il est déjà près de 13h00. Nous mangeons nos sandwiches et la soupe à la carotte super bonne pendant que nous appelons à Richardménil. Il est 19h00 là bas et Tom rentre de son heure de conduite. Pendant ce temps là, Nico mange un éclair à la vanille :

<img253|center>

Nous partons ensuite faire une randonnée en raquette au parc national du Mont-Tremblant. Nous roulons donc plus d’une demie heure pour arriver à l’entrée du parc et il nous faut rouler encore 10 minutes car, en hiver, il n’y a personnes aux guérites. C’est assez drôle de voir des panneaux qui donne des messages du type « Faites attention aux oiseaux, utilisez votre klaxon ».

<img254|center>

Au bout de ces 10 km, nous voici au Lac Monroe. Il est 15h00 lorsque nous entrons dans le bâtiment d’information pour louer des raquettes. PAS DE CHANCE ! la location de raquette se terminait à 14h … On les a loupé d’une heure. Bon, pas grave, on le fera à pied !

<img257|center>

On nous attache un petit bout de papier sur la poitrine afin d’indiquer que nous avons payé nos droits d’entrée au parc et nous voilà parti à la découverte du parc. Nous commençons à marcher sur une route toute banale jusqu’au moment où nous avons le choix de continuer sur le route ou aller sur un chemin enneigé. Selon la dame de l’accueil, il ne fallait pas prendre les sentiers de ski de fond. On a pris le droit.

<img255|center>

Nous avons longé le Lac Monroe puis à un moment, le lac à disparu. Sans être perdus, nous avons suivi cette route enneigée passant parfois sur des ponts et s’enfonçant d’autres fois très profond dans la neige. Après un rapide calcul, on en a déduit que l’on marchait par endroit sur un peu plus de 50cm de neige et de glace.

<img256|center>

<img258|center>

On peut voir par endroit les couches successives des chutes de neige.

<img260|center>

<img262|center>

La faune ne s’est pas très montrée pendant cette randonnée d’environ 6km. Nous avons croisés deux écureuils qui se chamaillaient. C’est étonnant d’entendre le bruit strident que fait un écureuil ! Nous avons aussi vu plusieurs oiseaux mais pas de caribou et encore moins de grizzlis ! Mais on a vu un Lapinou des neiges !

<img259|center>

<img263|center>

<img261|center>

Malheureusement, le parc fermait à 17h00, le brouillard tombait déjà et il était bien épais. Nous sommes donc arrivés à la voiture vers moins le quart. Après une petite boisson, nous avons décidés de rentré à la maison.

<img264|center>

<img265|center>

<img266|center>

<img267|center>

On s’est dit, « pourquoi ne pas aller dans le spa ? ». Arrivé à la maison, on se met en maillot. Bon il faut aller dehors en maillot pour se rendre dans le jacuzzi mais une fois de dedans, on n’a plus envie d’en sortir. On met les jets à fond et c’est partit pour la détente !

Après une douche, Nico nous prépare un fe de bois pendant que je prépare le repas, on mange et là on est, ou plutôt, je suis complètement claquée ! Je me suis endormie dans le canapé vers 22h00 jusqu’au moment où Nico à sorti sa casserole de pop-corn. A la TV, la version canadienne de « Un dîner presque parfait » (un souper presque parfait en fait)

<img268|center>

<img269|center>

Ahhh, les pop-corn de Nico. Je m’entends encore dire « je suis sûre qu’il y a un truc à retirer avant de le faire cuire ». Résultat des courses. Le pop-corn n’a pas explosé, il y avait une fumée nauséabonde dans l’appart et on s’est retrouvé à ouvrir les portes et les fenêtres à 23 heures par un froid glacial. On n’a pas de photo du rendu (la photo suivante n’est pas la nôtre) car le plat c’est retrouvé sur le parking.

<img251|center>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *